Emailing et Fibonacci

Si vous écrivez des emails à vos prospects et à vos clients, alors un certain Fibonacci devrait vous proposer une élégante solution qui répondra à la question « à quelle fréquence dois-je envoyer mes emails ? ». Alors, bien entendu, il y a, et il y aura toujours des exceptions (qui confirment la règle générale). Par exemple, dans certaines niches, vous trouverez des échéances à une journée, soit un email par jour.

Quelle fréquence ?

Un email quotidien :

La stratégie consistant à envoyer un email tous les jours est apparue, dans la francophonie courant 2018. Nous avons donc du recul par rapport à la performance de cette façon de faire.

Des entrepreneurs tels que Gregory Lagrange, Jérémy Allard, etc. l’utilisent depuis et leurs résultats semblent à la hauteur de leur espérances. Mais il faut néanmoins dire qu’ils sont dans des niches qui semblent s’y prêter. Si l’un d’eux veut bien prendre le temps d’un commentaire, nous aurons confirmation (ou infirmation). Je les cite car je reçois leurs emails quotidiens.

Mais cette façon de faire nécessite une véritable stratégie, qui commence par une entrée unique de tous ses efforts de promotion (emails, réseaux sociaux, publicité, etc.). Par exemple, pour Grégory Lagrange, il renvoie tout le monde sur la page suivante : CLIQUEZ ICI. Et pour Jérémy Allard, c’est cette page : CLIQUEZ ICI. Essayez de comparer ces 2 pages. Beaucoup d’enseignements peuvent en être tirés… mais ce n’est pas l’objet de cet article.

Un email par semaine :

C’est souvent ce que j’ai pu constater, notamment auprès des clients de SG Autorépondeur. Là encore, il n’y pas vraiment de règles, cela va, encore, être au cas-par-cas. Les partisans de cette méthode vous expliquerons qu’ils préfèrent cette échéance (1 semaine entre 2 envois) car ils « pensent » que plus d’envois « fatiguerait » ou « lasserait » les abonnés ou prospects, qui auront donc tendance à se désabonner. J’ai écrit sciemment « pensent » entre guillemets car en discutant avec certains fans de cette méthode, il se trouve qu’ils n’ont généralement pas testé (sic !).

Vous le savez, je ne considère une vérité comme telle, en marketing, que si elle est issue de tests. Hors, je n’ai pas testé, donc il serait déplacé, pour moi, de vous dire si cela fonctionne. Et, encore, ces résultats ne concernerait que moi. Vos résultats peuvent être radicalement différents.

Un email tous les 3 ou 4 jours :

C’est la méthode que j’applique pour mes séquences d’emails automatiques. Je peux même dire que cette méthode à ma grande préférence. Elle est basée aussi sur ce que j’ai capitalisé pendant 6 longues années aux commandes du Support Client de SG Autorépondeur. J’ai des taux d’ouvertures qui sont excellents mais, surtout, j’ai des taux de désinscription proches de zéro. Donc, ca marche. Oui, mais…

Encore une fois, ca marche pour moi, pour mon entreprise et communiquant avec ma niche. Les résultats peuvent être différents pour vous.

La suite de Fibonacci

Aah, nous y voilà… Vous avez dû vous demander depuis le début de votre lecture ou se cache Fibonacci cité dans le titre de cet article et comment est-ce qu’il peut nous être utile ?

Vous trouverez la fiche wikipédia de Fibonacci en cliquant ici. Il est à l’origine d’une suite de chiffre que nombre de scientifiques rapprochent même du nombre d’or. Sans rentrer dans les détails, voici un extrait qui nous intéresse :

Mais il est aussi connu pour avoir mis en évidence une suite mathématique qui porte désormais son nom. Dans la suite de Fibonacci, il n’est pas nécessaire de mémoriser chacun des termes ou nombres de la suite (qui est d’ailleurs infinie). Il suffit de se rappeler sa règle de construction: à l’exception des deux premiers, chaque terme de la suite est égal à la somme des deux termes qui le précèdent immédiatement, dit autrement il s’agit d’une suite de nombres dans laquelle tout nombre (à partir du troisième) est égal à la somme des deux précédents:

1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89,…

Il suffit de prendre deux nombres de départ. Les ajouter donne le troisième, puis le deuxième + le troisième donne le quatrième et ainsi de suite. Les termes de cette suite sont appelés nombres de Fibonacci.

Source : podcastscience.fm

En fait, l’idée d’utiliser une suite de Fibonacci pour définir très exactement l’échéance des emails dans une séquence mérite de s’y arrêter un instant. En gros, il s’agit d’espacer, avec le temps, le l’écart entre 2 envois. On part du principe que tous les premiers de l’inscription d’un abonné à l’une de nos listes sur notre autorépondeur et si ce sont des prospects, ils ont probablement reçu un cadeau en échange de leur inscription.

C’est tout neuf…

En effet, un envoi à J+1 se justifie pour s’assurer que le cadeau à bien été reçu et redonner, le cas échéant, le lien de téléchargement.

Un 2ème envoi à J+2 pourra être envoyé pour soulever un point dans le « cadeau » et se mettre en disponibilité si le contact désire avoir des infos complémentaires ou des réponses à ses questions.

Une 3ème envoi à J+3 peut être un email avec un lien vers une page de vente. Bien qu’on recommande souvent de construire une relation afin de gagner la confiance avant de faire une proposition commerciale, je pense que cette réflexion ne prend pas en compte les personnes qui n’ont pas besoin d’être rassurés, qui sont indécis. Ces personnes, s’ils sont convaincus par vos arguments, autrement dit par « la douleur que vous allez transformer en plaisir », n’hésitent pas à acheter votre produit, service ou formation.

Pour les autres, nous continuerons avec un 4ème envoi 2 jours après, soit à J+5. Déjà pour laisser le temps à notre contact de « digérer » notre offre. D’aller se renseigner, d’enquêter un peu, réfléchir, etc. Le contenu de cet email sera donc orienté vers la réponse aux objections

On saute alors, 3 jours plus tard, à J+8. Ce pourrait être un email de sensibilisation par exemple. Qui va expliquer comment est la situation de la personne sans votre solution et comme sa situation pourrait être avec votre solution. On peut aussi jouer sur le coût de la non-action.

Etc.

Nous venons de faire la suite avec 1, 2, 3, 5, 8. Il reste à faire la suite 13, 21, 34, etc. Je m’arrête là.

Nous en sommes à J+34, donc déjà 34 jours d’une communication automatisée. C’est à partir du 2ème mois que les emails vont beaucoup plu s’espacer.

En effet, en mois 1, on envoie 8 emails.

Voyons le 2ème mois. Il sera dans la suite avec les emails 55, 89, 144, 233, etc. Donc, le 2ème mois, un seule email, pareil pour le 3ème mois et, ensuite, aucun email pendant 144-89=55, soit presque 2 mois sans email.

Vous avez compris le principe. Je vais tester sur ma prochaine séquence une suite de Fibonacci et je reviendrais faire une mise à jour de cet article ou je ferais un article à part de mes retours.  N’attendez pas mon retour avant quelques mois…

Je peux le mettre en place pour vous. CLIQUEZ ICI

Laisser un commentaire