Découvrir SG Autorépondeur 01

Dans cette série d’articles, nous allons aborder la gestion d’un compte SG Autorépondeur du point de vue d’un tout débutant. Débutant tant dans le domaine des autorépondeurs que dans le domaine de l’email marketing.

Nous allons donc commencer par le tout commencement. En tant qu’abonné à ma newsletter sur le sujet, vous recevrez, au fur et à mesure les articles correspondants avec, à chaque fois, un mot de passe pour lire les articles (qui ne sont pas publics puisque réservés aux abonnés de la Newsletter).

Introduction / Pré-requis

Avant de rentrer dans le détail du fonctionnement de SG Autorépondeur, voyons déjà ensemble de qu’est et ce que n’est pas un autorépondeur.

Un autorépondeur n’est pas une messagerie :

Vous ne devez pas confondre un autorépondeur avec une messagerie telle que celle que vous avez l’habitude d’utiliser pour écrire vos emails à vos contacts. En effet, depuis votre messagerie, vous créez un nouveau message, vous définissez la (ou les) personne(s) à qui écrire, vous définissez un sujet (objet) de message, vous écrivez votre message et vous cliquez sur le bouton ENVOYER.

Votre email part immédiatement et votre (vos) contact(s) reçoivent votre email dans les quelques minutes qui suivent.

Voici une petite infographie qui explique ce qui se passe à partir de ce moment :

Cliquez sur l’image pour la voir en plus grand ou cliquez sur le bouton ci-dessous pour télécharger le PDF de cette image :

Télécharger le PDF

Explications :

Vous remarquerez que le fournisseur de messagerie de votre destinataire (yahoo.fr dans notre exemple) va décider, après étude automatique du contenu de votre email, de délivrer votre email de l’une des façons citées. En effet, l’email sera, dans le cas d’une communication classique via votre messagerie, la plupart du temps délivré dans la boîte de réception de votre destinataire.

Mais, suite à la vérification par l’algorithme antispam de Yahoo de votre email, Yahoo peut également décider de délivrer votre message dans les spams de titi@yahoo.fr, ce qui est déjà embêtant car notre destinataire devra avoir le réflexe de regarder dans sa boîte des spams pour se rendre compte que vous lui avez envoyé un message. Il pourra alors cliquer sur « ceci n’est pas un spam » et le message se remettra dans la boîte de réception. Mais combien de personnes ont le réflexe de regarder leur boîte de spams à chaque qu’ils consultent leur messagerie ?

Enfin, Suite à l’analyse de votre email par l’algorithme antispams, il est également possible que Yahoo considère qu’il y a un trop gros « risque » que votre email soit un spam, qu’il décide d’un rejet, c’est-à-dire de ne pas délivré du tout votre message. Dans ce cas, votre destinataire ne saura même pas que vous lui avez envoyé un email. Il vous appellera probablement au téléphone pour vous dire « je n’ai pas reçu ton email » et vous répondrez « je ne comprends pas, je vois bien dans mon dossier « éléments envoyés » que je t’ai bien envoyé cet email… »

Vous saurez maintenant, dans ce cas d’où ca vient.

Conclusion :

Nous allons voir dans le prochain article le comportement d’un autorépondeur par rapport au comportement d’une messagerie tel que nous venons de l’expliquer.

Je vous retrouve donc la semaine prochaine…

PS : cet article, ainsi que le suivant, restent à accès public. A partir du 3ème article ce cette collection d’articles, les articles nécessiteront un mot de passe. Si ce n’est pas déjà fait, vous pouvez vous inscrire pour recevoir, pour chaque article, le mot de passe permettant de le lire. Pour vous inscrire : cliquez ici svp.

Laisser un commentaire